01/09/2004

l'histoire la plus délirante de l'Histoire des histoires

Il était une fois, une fenêtre à sauver… Ainsi naquit la story live la plus débile de toute l’histoire des stories live :

 

"J'aurais pas dû fumer ces dix pétards hier." pensait-il en distinguant des homards qui le poursuivaient d'arbre en arbre. "J'arrive presque aux lavabos, je vais pouvoir les semer !"

C'est alors que sa liane casse.

Cherchant du bout des doigts le rouleau de scotch pour réparer sa liane, il tomba nez à nez avec l'une de ces horribles bêtes...

"Arrière !" hurla t-il en brandissant une de ses chaussures. "Tu ne m'auras pas !"

Mais il n'avait pas remarqué que, derrière lui, s'approchait sournoisement un hippopotame jaune à pois mauves. Celui-ci se mit à ouvrir sa large gueule et à pousser un beuglement hors du commun qui le fit tellement sursauter qu'il laissa tomber sa malheureuse chaussure dans la boue.

Il se mit à courir comme un dératé parmi les baobabs qui dansaient la polka. C'est alors que du haut de son tabouret, Mario Bros lui lança un paquet de "lucky strike". Trop dommage, il fumait des Pall Mall. Trop dommage aussi, le paquet lui tomba droit sur le pied lui arrachant un cri de douleur. Mais qu'est-ce que c'était que ce paquet de cigarettes ? Des briques ?

L'hippopotame qui venait de conclure alliance avec les homards s’approchait rapidement, valsant parmi les arbres élastiques. Il abandonna le paquet et reprit sa fuite vers les toilettes.

Il courut comme s'il avait le diable aux trousses, ce qui s'en rapprochait légèrement ceci dit avant de louper une branche et de s'étaler dans la boue avec platitude, poussant par la suite une bordée de jurons que n'auraient pas renié les habitants du makai.

Se relevant avec difficulté, il s'aperçut que son pied était coincé par un enchevêtrement de racines d'un arbre qui avait poussé au mauvais moment et au mauvais endroit.

Un voile de terreur se distingua alors sur ses traits pendant que ses pensée devenaient tout autres : "Deviens-je fou ou ai-je réellement vu des homme en blanc me courir après ?"

C'est alors que juste avant le drame, superbanane s'interposa. Et fit sitôt reculer les assaillant grâce à son lance-flammes DX3600.9 bis avec visée laser et grenades intégrées, qu'il dissimulait sournoisement derrière son oreille. Le héro aux munitions incroyables balança un jet de purée incandescente sur les Men in White, provoquant des hurlements de terreur de la part de ceux-ci. Mais c'était sans compter avec les homards fous ! (Les salauds !) Car les homards n'étaient autres que des extra-terrestres venus conquérir la planète ! Pour cela, ils avaient besoin d'un échantillon de l'humanité qu'ils pourraient disséquer dans leur vaisseau spatial en forme de concombre.

Ils s'emparèrent aussitôt de notre pauvre héros qui hurlait son effroi à travers les lianes et les baobabs, mais les homards extraterrestres n'avaient pas noté la présence pourtant imposante de king kong qui avait sentit l'odeur de son ennemi juré: super banane. C'est au moment où un homard un peu plus grand que les autres fonça sur lui, propulsé par les point du singe géant que Naruto s'éveilla en sursaut.

Naruto se palpa de partout pour vérifier qu'il était toujours bien là et heureusement pour lui, rien ne manquait. Il descendit sveltement de son lit emportant dans son réveil agité un relent d'odeur de banane. C'est à ce moment-là que d'un bond, un mystérieux kangourou prit place sur le pif de King Kong, brandit un objet blanchâtre qu'il pressa avec ardeur, envoya une pluie limpide aux yeux du singe qui gémit. C'était le retour du jet d'ail.

Il se précipita vers la salle de bain avec un vague impression de déjà vu et commença à s'essuyer les yeux avec la première serviette venue qu'il prit à l'aveuglette. Mais lorsqu'il releva la tête, il tomba face à face avec *Horreur ! Malheur !* Un des Men in White revenu du pays des songes par une déformation spatio-temporelle de la pelouse de la forêt maudite de Naheulbeuk...

Cette fois encore, ça devait être un coup des homards extra-terrestres qui transformaient ses cauchemars en réalité ! Les homards pouvaient être tellement cruels...

Affolé par son esprit parfois trop vagabond, il courut, et même se réfugia, dans sa cuisine, ouvrit un placard au hasard, sûr d'y trouver des ramens. Se versant un bol il mangea avidement, faisant disparaître petit à petit sa frayeur. Il continua de se préparer sans la moindre trace d'extraterrestre, de homard ou d'autre phénomène paranormal. Il arriva au dit point de rendez vous habituel et c'est alors qu'il vit Kakashi...

Et comme le Kakashi, il faut le nettoyer... il prit donc du cif, mais ça ne marchait pas car il n'était pas cifique...

Kakashi fit un bond de trois mètres en arrière, éloignant le décapant de lui :

- Qu'est-ce que tu comptes faire exactement Naru?

- C'est que, en fait, les extraterrestres ils ont envoyé des homards, et je me fait poursuivre par des gars en blanc et fallait que je sache si y'en avait pas un qui se cachait sous un déguisement de toi et... tu permets que je t'asperge d'eau de Javel?

Le Jounin haussa un sourcil, même si personne ne pouvait le voir puisque c'était son oeil caché. Il se demandait encore s'il devrait demander à Sasuke de frapper trop fort sur la tête de ce pauvre Naruto quand un grand fracas le fit se retourner. C'était…

Justement qu'est-ce que c'était ? Il n'y avait rien... justement ! Où était Sakura ??? On l'avait enlevée !! Naruto poussa de grands hurlements et sauta partout :

- Je suis sûr que ce sont les homards qui l’ont capturée !!!!!!!!!!!

Sasuke frappa sur Naru pour le calmer avant même que Kakashi ne le lui demande expressément. Kakashi inspecta tout de même les environ laissant un moment Naruto seul avec Sasuke. Le temps s'éternisa et Kakashi ne revenait toujours pas.

C'est alors que le même grand bruit se fit entendre à nouveau...

Et nous, veaux, qui l'avaient entendu, ne fîmes rien pour découvrir ce que c'était. Mais ce n'est pas le cas des deux autres qui se précipitèrent vers le son. Effectivement, ils firent leur leçon, car ils n'avaient rien d'autre à foutre de toute façon... Seulement ils n’avaient pas bien appris leur leçon, s’ils avaient lu leur 'petit manuel du parfait héros qui ne meurt jamais' tome 56-ter ils auraient su qu'il ne faut pas courir vers l'origine d'un son, d'un bruit, d'un repère orthonormé ou tout autre chose suspecte... Ils ouvrirent doucement la porte et SOUDAIN!! (Suspens) Soudain une vache normande leur sauta dessus, tout crocs dehors !

- Ahhhh !! hurla Naruto. Une vache Milka !!

Il sauta dans les bras de Sasuke totalement horrifié. Celui-ci, écarta les bras et Naruto se retrouva le cul à terre d'une façon plus que brutale. C'est qu'il n'était pas tout à fait rembourré ! Il s'arrangea pour tomber en ayant la tête entre les jambes du brun ce qui n'était pas chose facile et n'eu qu'une seul réaction :

- Sasuke, ton pantalon est troué

- Quoi?!! S’exclama le brun en agrippant son divin postérieur avec ses mains, tentant de cacher l'infamie.

- Ton caleçon est très mignon, je savais pas que tu aimais les petits renards violets...

Le Uchiha eut un mouvement de recul, mais manque de pot, Naruto étant empêtré dans ses jambes, il ne pu que pousser un cri quand il perdit l'équilibre et tomba sur l'autre garçon.

- Ce ne sont pas des renards mais des loups, nuance. Lança t-il assis sur le ventre de Naruto, essayant de garder le peu de dignité qu'il lui restait.

- Mais quelle idée des loups ?? Lança Naruto, restant au sol. Les renards sont beaucoup mieux... fougueux, ne manquant jamais d'énergie, inventifs, entreprenants...

- Je ne vois ni le rapport avec mon caleçon, ni avec la disparition de l'équipe, baka.

- Baka toi-même !! C’est pas parce que...

Un bruit les fit se retourner...

C'est alors qu'ils virent Pakkun sortir des fourrés et lancer en les regardant :

- N'importe quoi, le mieux c'est les chiens bien sûr !"

Le temps que la position douteuse dans laquelle les deux garçons étaient s'imprime dans leur cerveau, Pakkun avait déjà placé LE commentaire.

- Pour l'amour du ciel ! Prenez une chambre !

- Eh mais, c'est pas ce que... Commença Sasuke, mais Naruto le coupa dans son élan, prenant appui sur ses épaules, tordant leur corps d'une manière assez impressionnante.

- C'était toi qui faisait ces bruits ?

- Quels bruits ?

En effet, trop occupé dans leur discussion à propos des motifs sur le joli caleçon bleu de Sasuke, ils avaient complètement oublié la vache Milka qui s'était mise à faire des castagnettes pour attirer leur attention. A présent qu'elle avait leur attention, elle se mit en devoir de leur faire un opéra de premier ordre. Sasuke et Naruto remirent leur regard sur Pakkun, prêts à défendre coûte que coûte leurs positions sur les motifs de caleçons. Seulement Pakkun les rappela à l'ordre :

- Vous n'oubliez pas un peu vite les autres là ??

- Quels autres ? demanda Naruto plein d'innocence et de naïveté.

- Moi par exemple… fit la voix de Sakura qui observait les deux garçon, installéer dans une telle position depuis sont costume de vache Milka, une voix pleine de sous entendus annonçant une mort lente et difficile.

L'un des deux garçons laissa échapper un "arg pas elle" malheureux qui fut le déclenchement de toute une série de bouleversements : Sakura, pas contente, voulut taper du pied au sol, mais trébucha dans sa tenue milka fourré cacahuètes de Madagascar sud pour s'étaler sur la queue du chien qui hurla de douleur et partit en courant, galopant sur la tronche des deux bienheureux au sol qui en étaient revenus à leur conversation hautement philosophique à savoir :

- Et tu les achètes où ces calefutes?

Ils firent à peine attention au chien

- Ben c'est Neji qui me les refile, Tenten lui en avait acheté un sacré stock.

Il ne pu en dire plus car dans un cri de fureur pure, Sakura venait d'attraper Naruto par le pied et le secouait comme un prunier -- qui n'avait pas de prune --. Elle n'avait certainement pas prévu que Sasuke, précédemment assis sur Naruto, s'envolerait aussi et tomberait pile poil sur le dos de la pauvre jeune fille. Sans oublier le fait que, surprise, elle lâcha Naruto qui alla s'écraser contre un arbre.

- Aieuh !!!!

- Aaah Sasuke !!! Je savais que tu pouvais plus te passer de moi !!!!!!!!!

Sasuke, essayait tant bien que mal de se dégager de l'étreinte presque étouffante de sa camarade, quand...

Naruto se relava. Regarda hagard les deux autres avant de voir un énorme vaisseau s'écraser à moins d'un kilomètre. Il n'y prêta cependant pas trop attention tellement il était anxieux à l'idée de la position critique à laquelle il assistait. Il aimait Sakura de tout son être, de toute sa chair, mais elle le rejetait si facilement.

Mais, brisant la beauté de la scène et la prise étouffante de la fille aux cheveux roses sur Sasuke, Superbanane arriva à la rescousse.

- Vite, il faut partir ! Les homards....!

- Ah non, pas eux ! J'étais censé vivre un moment super angst, là, maintenant... Tiens regarde le script !

Super banane enleva son masque révélant un éléphant à la trompe bleu à pois jaune et jeta un coup d'oeil sur le script.

- Ah, toutes mes excuses, effectivement c'est le moment où Orochimaru vient pour kidnapper Sasuke et là où Sakura est censée pleurer toutes les larmes de son corps pour que tu ailles le récupérer. Gomen.

Et il disparu dans une pluie d'astéroïdes.

Encore trop interloqués pour réagir, Sakura finit par s'écrier :

- Mais... mais... je ne suis pas pleurnicharde !!!! Termina-t-elle en pleurant toutes les larmes de son corps.

Naruto essaya de la consoler et Orochimaru en profita pour kidnapper Sasuke.

- Super Banane est super doué ! s'écria Naruto. Il a réussi à savoir l'avenir !!

- Non il est nul !! J’ai pleuré avant !!!

- Ah euh ouais... bon faut peut-être aller chercher Sasuke, non ?

Sakura pleura encore plus puis fini par déclarer :

- De toute façons, vivante je ne l'intéresse pas... je vais attendre que Orochimaru le tue pour me tuer ensuite, ça sera plus simple..."

Naruto la regarda s'éloigner, interloqué puis Pakkun tirailla sur son pantalon. Le blond fit alors quelque pas en courant avant de se rétamer sur le costume de vache Milka.

Et là, il eut une idée de génie...Il allait se camoufler pour entrer dans le repaire d'Orochimaru ! Mais bien sûr ! Mimétisme nous voilà !

{Pendant ce temps à Vera Cruz}

- Monsieur Potter ? Mais que faites-vous ici ?!

- Je sais vraiment pas, y a un bug dans le script je crois...

{Repaire du méchant vilain pas beau Orochimaru}

Naruto se déplaçait dans son costume de vache, rasant les murs et arriva vite fait à la salle des tortures où était retenu prisonnier le pauvre Sasuke... Naruto ne pu s'empêcher de frissonner à la vue des instruments dans la pièce, passant de l'épilateur à cheveux aux machines à chatouiller si fort que le supplicié mourrait étouffé de rire. Sans oublier de mentionner la boite à bishous qui faisaient mourir une fanficeuse yaoi en moins de 10 minutes, noyée dans sa bave. Bref, c'était vraiment une vision d'horreur.

Il avança un peu avant de trouver au détour d'un angle Orochimaru en train d'étirer le corps de Sasuke avec une machine à écarteler.

Il s'avança discrètement (malgré les claquettes et la clochette), assez près pour entendre les parole de l'homme serpent :

- Tu ne meurs pas si facilement quand même ? Moi qui contait sur toi pour m'amuser...

Naruto chercha une arme, n'importe laquelle, pour le faire lâcher Sasuke qui commençait à souffrir un peu à cause de ses bras de trois mètres de long. Là ! Une massue. Il la prit très discrètement et rapidement et en un éclair violet et blanc au délicieux bruit de carillons hollandais, il se plaça derrière Orochimaru pour le frapper... mais Voldemort passait par là et le méchant sorcier en manque de sang fut pris d'un accès de folie et balança une dizaine d'Avada Kedavra à tout va, bouzillant tout sur son passage.

Ils moururent et eurent beaucoup d'enfant et Sakura dans sa tour de verre pleura longtemps son amour jamais gagné, avant de se sucidé trois heure apres.

Et la terre explosa, tuant ceux qui restaient. Et oui, les G-boys avaient échoué dans leur mission.

 

Zi ènd

 

Story live copyright la Meute (des barges). Auteurs (barges) :

Shyzen

Tich

Yuki

Elea

Kyni

Mydaya

 

Et dernière phrase par notre bien-aimée Babel…


19:02 Écrit par Yuki | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.